mercredi 15 juillet 2015

Outlander tome 4: Les tambours de l'automne

Diana Gabaldon
Édition Libre Expression
829 pages
1997

«La vie de Claire et de Jamie prend un nouveau départ alors qu'ils rejoignent un groupe d'Écossais exilés au Nouveau Monde pour fuir l'oppression de la Couronne anglaise. En cet an de grâce 1767, ils imaginent qu'ils connaîtront enfin le bonheur, loin de la guerre et des aléas de l'histoire. Mais même dans les montagnes reculées où ils mettent à l'abri leur amour, il y a encore des menaces. L'histoire elle-même se met de la partie, car l'Amérique coloniale va bientôt livrer sa guerre d'Indépendance.
Restée dans le confort du XXe siècle, Brianne découvre dans les archives qu'un sort tragique guette ses parents. Une seule solution: traverser à son tour la frontière du temps afin de les sauver. Mais elle doit agir vite. Avant que les portes du temps ne se referment sur eux...»


Mon avis


8/10

Attention, spolier des tomes précédents

Cela faisait presque 2 ans que j'avais lu le tome 3 et il était temps que je retrouve cette superbe série. J'ai trouvé ce tome très intéressant pour plusieurs raisons.

D'abord, l'histoire se passe maintenant sur plusieurs niveaux et sur plusieurs générations (certes, Brianna, la fille de Claire et Jamie, était déjà présente dans les autres tomes, mais elle n'était pas aussi impliquée dans l'histoire). On voit évoluer un couple plus âgé qui cherche à enfin trouver un peu de paix, de jeunes amoureux qui tentent de bâtir une relation solide et qui tentent de trouver leur place dans le monde, en plus d'une relation parent-enfant. J'ai donc trouvé que le roman avait une belle complexité au niveau des personnages et des relations.

J'ai aimé la nouveauté qu'a apporté Brianna dans ce tome. Je ne me lasse pas de Claire et Jamie, mais cela a donné un nouveau souffle à l'histoire.

Le contexte historique dans lequel évoluent les personnages n'est plus l'Écosse du 18e siècle, mais le Nouveau Monde, l'Amérique du 18e siècle. On y rencontre des Amérindiens et des maîtres de plantations et on découvre le mode de vie des colonies. Personnellement, vivant au Québec et connaissant bien l'histoire des débuts de l'Amérique, j'aurais préféré qu'ils restent en Écosse...

Comme les personnages ont l'air d'avoir acquis une certaines stabilité à la fin de ce tome, j'ai bien hâte de voir ce qui va leur arriver dans les romans qui suivent...



Aucun commentaire:

Publier un commentaire