jeudi 26 novembre 2015

Léviathan, tome 2: Béhémoth

Scott Westerfeld
Éditions Pocket Jeunesse
473 pages
Publication originale de 2010

«1914. À l'aube de la Première Guerre mondiale. Deryn est écossaise et orpheline; Alek est un jeune héritier qui fuit l'empire austro-hongrois. Elle s'habille en garçon et combat dans les forces aériennes darwinistes; lui est poursuivi par le pouvoir claquer et cache ses origines. Alliés malgré eux, ils se retrouvent à bord de l'extraordinaire Léviathan. Ils n'auront qu'une solution pour éviter la guerre: se faire confiance... et compter sur la créature la plus redoutable des darwinistes britanniques: le Béhémoth...»





Mon avis


8.5/10

Scott Westerfeld nous transporte avec la série Léviathan dans une Europe du début du XXe siècle qui n'a jamais existé. Alors qu'une guerre mondiale menace d'éclater, nous suivons deux jeunes au coeur de l'action qui tente d'empêcher la confrontation. Alek est l'héritier en fuite d'un Empire et Deryn est une jeune fille qui sert sur un navire de guerre en se faisant passer pour un garçon.

Ce second tome m'a agréablement surprise pour plusieurs raisons. Alors que le premier tome m'avait plu, mais sans plus, celui-ci m'a transportée beaucoup plus loin.

Les personnages étaient d'abord pour moi beaucoup plus agréables. Ils faisaient un peu moins «jeunesse» que dans le premier tome. Une chose m'a cependant encore agacée tout au long du roman: Mais quand Deryn va-t-elle enfin dévoiler sa véritable identité? Je lirais le troisième tome uniquement pour le savoir.

Pour ce qui est de l'histoire j'y ai vu des hauts et des bas. J'ai beaucoup aimé tout ce qui tournait autour des oeufs mystérieux qui étaient à bord du Léviathan depuis le tome 1. On sait enfin de quoi il en retourne et j'ai trouvé cela plutôt sympathique! J'ai aussi beaucoup aimé qu'une partie de l'histoire se déroule à Istanbul. Ayant déjà visité la ville, j'ai eu de la facilité à m'imaginer l'atmosphère et à me laisser prendre par la description des lieux. J'ai un peu moins aimé, cependant, le côté irréaliste de l'histoire. Alek, malgré un empire entier à ses trousses, arrive encore à se faufiler et à déambuler dans les rues comme si de rien n'était. Franchement, il y a longtemps qu'il aurait dû se faire prendre... Je n'ai as adoré non plus la fin, on dirait qu'il y avait une bataille juste parce qu'il y a des batailles habituellement à ce point du récit dans des romans semblables.

Néanmoins, j'ai beaucoup aimé ma lecture pour l'ambiance et les personnages et je compte poursuivre avec le tome 3 pour connaître la fin des aventures de Deryn et d'Alek.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire