mercredi 15 mars 2017

Ce que je n'oserai jamais te dire...

Bruno Combes
Éditions Michel Lafon
344 pages

«Joy, veux-tu être ma femme? Oui, je le veux! a répondu Joy à Guillaume avec une ferveur égale à la profondeur de l'amour qu'elle lui porte. Et pourtant, le soir même du mariage, alors que la fête bat son plein, Joy s'évanouit dans la nature. Guillaume, d'abord fou d'inquiétude puis ravagé par le doute, se perd en conjectures. La gendarmerie n'a rien trouvé de suspect, il semblerait que la mariée aurait elle-même décidé de partir.»

Mon avis


5/10

Avec cet auteur, je crois que cela ne le fait pas vraiment pour moi. J'ai lu Seulement si tu en as envie... l'an dernier et j'avais moyennement aimé. Ce deuxième roman a encore moins été capable de me plaire.

J'ai bien aimé le début, car je trouvais mystérieux le départ de la mariée le soir de la noce et j'avais envie d'en savoir plus. Au final, je tournais les pages en me disant que j'avais pas vraiment d'intérêt à connaître le pourquoi du comment. On tombe rapidement dans une histoire abracadabrante de mafia brésilienne... Je n'ai pas aimé cela. Je m'attendais à une romance. On parle de l'histoire d'amour d'un couple, oui, mais ce n'est pas au premier plan comme je l'aurais voulu.

J'ai trouvé l'histoire un peu tirée par les cheveux et aucun des personnages ne me plaisaient. Joy est... bizarre. Franchement, qui part régler les problèmes de son passé en faisant une scène pareille le soir de son mariage? Son frère Paulo aussi. Joy a consacré sa vie à s'occuper de lui et il m'a semblé n'avoir aucune reconnaissance. C'est un personnage complètement légume pour moi, inactif et inintéressant. Malheureusement, ce ne fut pas un succès dans mon cas.

Malgré mon avis négatif, je remercie grandement les éditions Michel Lafon Canada pour l'envoi de ce roman!

mardi 28 février 2017

Le cycle de Drenaï, tome 6: Druss la légende

David Gemmell
Éditions Milady
512 pages

«Son nom est Druss. Garçon violent et maladroit, il vit dans un petit village de paysans situé au pied des montagnes du pays dressant. Bûcheron hargneux le jour, époux tendre le soir, il mène une existence paisible au milieu des bois. Jusqu'au jour où une troupe de mercenaires envahit le village pour tuer tous les hommes et capturer toutes les femmes. Druss, alors dans la forêt, arrive trop tard sur les lieux du massacre. Le village est détruit, son père git dans une marre de sang. Et Rowena, sa femme, a disparu...»

Mon avis


8,5/10

David Gemmell et son Cycle de Drenaï, c'est l'un de mes grands amours en fantasy. Encore une fois, je n'ai pas été déçue et j'ai vécu une autre belle aventure dans l'univers si prenant de cet auteur.

Pour ceux qui ne connaissent pas le cycle, il compte 11 romans qui sont à priori indépendants les uns des autres. L'ordre de lecture suggéré est cependant celui de la parution, et il place Druss la légende en 6e, malgré le fait qu'il se déroule plus tôt sur la ligne du temps que certains autres romans parus avant.

Certains choisissent de lire les livres dans l'ordre chronologique des événements dans l'univers de Drenaï, mais pour ma part, j'adore l'ordre de parution. On revient ainsi dans Druss la légende sur la jeunesse d'un personnage que l'on connait déjà bien. Druss est si bien construit. C'est un exemple parfait de anti-héros. Il a une part de bien comme de mal en lui, il est parfois égoïste, il ne prend pas toujours les bonnes décisions, il est entêté. Rowena est aussi un personnage que j'aime beaucoup, par sa force de caractère mêlée à sa douceur.

Ce tome n'égale pas mon préféré, Légende, mais il est l'un des meilleurs du cycle jusqu'à présent. La plume de David Gemmell est encore sublime, ici dans une histoire que j'ai trouvée différente du schéma des autres tomes.

Bref, si vous aimez la fantasy et que vous n'avez pas encore lu cet auteur, je vous le conseille fortement!

lundi 27 février 2017

D'amour et de haine, tome 2: La trahison

Sonia Alain
Éditions AdA
449 pages

«Le départ d'Aidan sur le quai de Québec a dévasté le coeur d'Adélaïde. Il l'a abandonnée de manière abrupte, brisant le lien qui les unissait. Rangée par le chagrin, elle fera tout ce qui est en son pouvoir pour entamer un nouveau chapitre de sa vie. Par chance, elle trouve une échappatoire lorsque son oncle se voit affecté au poste de gouverneur dans une colonie britannique, le Nigéria, une terre qui l'a toujours fascinée. Mais la guerre est partout, et le pays voisin, le Cameroun, est sous tutelle allemande. Y sera-t-elle vraiment en sécurité? Les éléments se lient contre elle et un ennemi refait surface, menaçant son intégrité. Une fuite sans fin s'ensuit, entraînant Adélaïde aussi loin que dan sale désert en Égypte. Comment faire face au danger imminent qui la guette dans l'ombre... mais surtout... comment survivre à la présence d'Aidan, qui lui est de nouveau imposée?»

Mon avis


9/10

Chronique du tome 1 par ici!

Adélaïde réussira-t-elle à enfin vivre en paix? Après avoir été charmée par le tome 1 il y a quelques mois, c'est avec grand plaisir que je me replongeais dans cette histoire pour connaître la suite.

Il faut dire une chose, cette romance ne manque pas d'action! J'ai beaucoup aimé que le tome 2 soit très différent du premier. Les personnages sont les mêmes, mais l'histoire se déroule dans un contexte très peu similaire. J'avais rarement lu un roman se déroulant en Afrique lors de la Première Guerre mondiale. Le contexte historique est mis au second plan derrière la romance, mais j'ai trouvé cette idée rafraichissante après le premier tome qui se déroulait au Québec. L'ambiance de chaleur et de sable détonnait franchement et j'ai beaucoup aimé voir les personnages dans ce décor.

J'avais adoré la romance dans le premier livre et elle a continuer à me garder captivée dans le second! L'amour de Aidan et Adélaïde est passionnel. Ils s'aiment et se détestent à la fois, chacun leur tour, créant des situations pas possibles! J'avais dit la même chose dans ma critique du tome 1, mais Sonia Alain a un vrai don pour l'écriture des scènes romantiques un peu osées. Une romance de grande qualité, à mon avis!

Entre les scènes de romance, l'action n'arrête pas non plus! Les personnages se retrouvent à lutter pour leur survie un nombre incalculable de fois.

Du côté des personnages, je les adore. Je trouve que l'auteure les a construit d'une manière cohérente et qu'elle réussit à les faire évoluer en étant fidèles à eux-mêmes. Aidan est un badboy... et il le reste! Je ne sais plus si je dois l'aimer ou le détester (mais j'adore ce dilemme!).

La romance n'est pas mon genre de prédilection, mais celle-là, je l'adore! Très hâte au dernier tome pour connaître la conclusion de la liaison d'Aidan et Adélaïde!

Acquisitions de février 2017


Un très petit mois d'achats, mais plus prolifique que d'habitude en partenariats! J'ai eu la chance de recevoir des romans de Michel Lafon, de Rebelle et un partenariat avec Livraddict. 

Achats neufs



Achats d'occasion



Partenariats / Concours



Bilan de février 2017


Ce mois-ci, j'avais prévu faire un mois spécial poursuite de lecture. Rions tous ensemble devant mon échec cuisant! J'ai eu très peu de temps pour lire, à mon grand malheur et j'ai à peine touché à la pile que je m'étais préparée pour le challenge, car j'ai reçu quelques partenariats que j'ai décidé de lire en premier. Je me reprend en mars pour les sagas, on verra si je retrouve le temps de lire un peu plus!

Coup de coeur pour Inaccessibles chez Michel Lafon! 

Coup de coeur!


Très bonnes lectures



Bonnes lectures

Terre d'Ombre, tome 1: Messagère

V.I Prates
Éditions Rebelle
336 pages

«Le jour même de son mariage, Lake voit toute sa vie s'écrouler. Elle n'est pas comme tout le monde. Il y a bien quelque chose qui grandit en elle, qui s'installe, qui la tiraille. Obligée de s'exiler à Cesla, la grande cité de Terre Alpha, après un terrible événement, Lake ne devra pas seulement faire face à son terrible secret, mais aussi à des complots politiques, à des traitres insoupçonnés, au plus fin des manipulateurs et à la plus ancienne des vérités. La vie et la mort se retrouvent étroitement liées.»

Mon avis


9/10

Le premier tome de Terre d'Ombre m'a agréablement surprise! C'était de la très bonne fantasy young-adult, avec un univers intéressant et une héroïne que j'ai adorée!

Le début du roman a tout de suite capté mon attention. Un événement vient changer la vie de Lake à jamais, elle est exclue de son clan et doit partir chercher des réponses ailleurs. J'ai beaucoup aimé Lake. Elle est une héroïne simple, pas du type badass qui maitrise le combat à l'épée à la perfection et qui troque ses jupes pour des pantalons dès qu'elle le peut, mais elle a su me charmer par son intelligence émotionnelle. Elle est guérisseuse des maux de l'âme et s'intéresse donc beaucoup aux autres. J'ai aimé ce trait de caractère qu'on ne retrouve pas si souvent dans les romans de fantasy.

J'ai aussi beaucoup aimé le développement de l'intrigue. On comprend dès le début que Lake a quelque chose de particulier, un don, une malédiction... On récolte des indices en même temps qu'elle à travers l'hiver, mais l'auteure ne révèle cependant qu'à la fin de quoi il en retourne exactement. On s'y attend, il n'y a pas vraiment d'effet de surprise, mais le dévoilement est tout de même réussi et cela m'a donné hâte à la suite!

L'univers m'a aussi bien plu. On est dans quelque chose d'assez simple, facile à suivre. J'ai aimé tout ce qui tournait autour des Sybillins, ces êtres dotés de pouvoirs. J'aurais aimé que l'auteure développe un peu plus sur le fonctionnement politique et sur les complots dont on nous parle en quatrième de couverture. Néanmoins, j'ai apprécié l'univers et sa simplicité a fait de la lecture de Terre d'Ombre un agréable moment de détente.

Pour conclure, j'ai passé un très bon moment avec ce roman de fantasy qui se lit tout seul et qui saura charmer ceux qui aiment le genre, mais qui ne veulent pas se lancer dans un univers très complexe dont on oublie tous les détails à mesure.

Je remercie grandement les Éditions Rebelle pour ce partenariat!


samedi 25 février 2017

Les chroniques de Nadia Tesla, tome 1: Le garçon qui venait du réacteur 4

Orest Stelmach
Éditions Smart Cat
402 pages

«Lorsqu'un étranger prétend avoir connu son père durant sa jeunesse en Europe de l'Est, Nadia accepte de le rencontrer, et assiste à son exécution en pleine rue. Dans son dernier souffle, il lui révèle un indice incompréhensible, un indice qui envoie Nadia dans une chance au trésor entre New York et l'Ukraine, terre de ses ancêtres.

Elle y rencontrera un allié improbable: Adam, jeune prodige de hockey sur glace qui s'entraîne sur les bassins de refroidissement gelés de Tchernobyl. Traumatisé physiquement et psychologiquement par les radiations, Adam cache un secret qui pourrait changer le cours du monde... à condition que Nadia le protège assez longtemps.»

Mon avis


7/10

Le crime organisé ukrainien, les radiations de Tchernobyl... Voilà des sujets qui sont rarement au premier plan de mes lectures, mais qui m'ont tout de même interpellée dans le résumé. Si vous avez envie d'une chasse à l'homme et d'une héroïne débrouillarde qui n'a pas froid aux yeux, vous pourriez bien aimé Le garçon qui venait du réacteur 4.

Nadia recueille les dernières paroles d'un homme qui l'avait approchée en lui disant connaitre son père et qui vient d'être tiré en pleine rue devant elle. Ce qui m'a plu le plus, c'est le mystère entourant ces fameuses paroles et entourant son oncle, que l'homme lui dit dans son dernier souffle de retrouver. Ce qui m'a beaucoup intéressée également, c'est le fait que les ultimes paroles de l'homme changent de sens à mesure que Nadia accumule les indices qui lui font comprendre que rien n'est comme elle l'avait imaginé au départ. Ce qu'elle croyait avoir entendu est finalement autre chose et cela a réussi à renouveler mon intérêt. J'ai aimé suivre le développement de l'intrigue et être surprise comme Nadia des tournures que prenait sa quête.

Je n'ai pas trop réussi à m'accrocher aux personnages. Nadia était bien, mais j'ai moins aimé les personnages secondaires. Ce sont des voleurs, des maîtres du crime organisé et je dois dire que je ne les différenciais aucunement les uns des autres. Ils sont cruels et ce n'est pas le type de personnages auquel un lecteur s'attache habituellement. Cependant, j'aurais aimé que l'auteur arrive à me les faire aimer. Il y avait une distinction claire entre les bons et les méchants. Le roman aurait été meilleur si les méchants voleurs avaient réussi à me toucher et à me faire remettre en question de quel côté j'étais.

J'ai par contre beaucoup aimé tout ce qui a touché à Tchernobyl dans l'histoire. C'est un lieu tristement abandonné et craint et j'ai adoré que l'auteur en fasse quelque chose de nouveau. L'oncle de Nadia a continué d'y vivre malgré les radiations et j'ai aimé l'aspect de la ville fantôme dans laquelle certains vivent encore dans l'ombre. L'ambiance était lourde, l'auteur nous faisait sentir presque coupable d'être là, comme si la ville devait rester secrète.

Du côté du rythme, cela convenait très bien pour un thriller. Les chapitres sont très très courts et l'histoire s'enchaîne rapidement. J'aurais par contre aimé que les chapitres coupent de façon moins saccadée au début du roman, pendant la mise en place de l'histoire.

Pour conclure, j'ai bien aimé ce roman qui m'a gardée intéressée par le renouveau dans la quête de Nadia a quelques reprises. Pour les lecteurs qui sont amateurs de chasse à l'homme et des thèmes comme le crime organisé de l'Europe de l'Est, vous y trouverez certainement votre compte!


Je remercie les éditions Smart Cat et Livraddict pour ce partenariat!