mercredi 23 septembre 2015

Enclave, tome 3

Ann Aguirre
Éditions Hachette
Collection Black Moon
377 pages
Publication originale de 2013

«Salvation est assiégée. Avec Del, Bandit et Tegan, j'ai réussi à m'échapper. Tous les espoirs de la ville reposent sur nous. Et nous, tout ce qu'on espère, c'est pouvoir compter sur la cité voisine qui nous a accueillis. Maintenant, il faut persuader les habitants de cette ville et des autres alentours de s'allier à nous. Déclarer la guerre à la Horde pour en finir une fois pour toutes.»


Mon avis


7,5/10

Ce troisième et dernier tome de la série Enclave est selon moi le plus réussi. Alors que j'avais de la difficulté à supporter Trèfle dans les premiers tomes, elle est dans celui-ci beaucoup plus mature et agréable. J'aimais sentir la passion qui l'animait et le coeur qu'elle mettait à la réussite de sa mission (et non pas la moindre) de sauver le monde. Si avec Del j'ai eu quelques moments d'exaspération, il n'en reste pas moins un personnage que j'ai bien aimé aussi. J'ai trouvé dommage de ne pas retrouver Bandit autant, c'est mon personnage préféré!

Ce que j'ai aimé de cette série, au final, c'est la diversité entre les intrigues des différents tomes. Même si la quête de trouver le bonheur et de vivre en paix reste la même au fil des tomes, les actions et les lieux sont toujours très différents et on n'a pas l'impression de revivre les mêmes choses.

J'ai beaucoup aimé la fin et l'épilogue était très touchant. Juste pour ce moment-là, ça valait la peine de lire le reste du livre!

Au final, Enclave est une bonne dystopie que je recommande aux amateurs du genre, mais qui n'est pas non plus révolutionnaire. 


Petit bonus: une citation sur Harry Potter qui m'a fait sourire au milieu du livre:

«Une fois toutes les têtes tournées vers lui, il raconta une histoire complètement improbable: celle d'un jeune sorcier qui vivait dans un placard, qu'un géant avait kidnappé et envoyé dans une école de magie. L'auberge entière - moi y compris - était pendue aux lèvres de Morrow.»




Aucun commentaire:

Publier un commentaire