dimanche 3 janvier 2016

Les gardiens de l'océan

Irene Salvador
Éditions Michel Lafon
221 pages
2015

«En plongeant pour sauver son père de la noyade, Marco se découvre l'incroyable don de respirer sous l'eau. Un inconnu lui élève alors qu'il appartient à un peuple millénaire, les Gardiens de l'océan, et qu'il doit les rejoindre afin de maîtriser ses pouvoirs avant que ces derniers ne le détruisent.

Épaulé par l'électrique Léo et la froide Diamant, il découvre sa véritable nature et apprend son rôle de gardien. Mais avant d'en devenir un à part entière, il devra affronter des pirates, explorer les fonds marins et braver le seul interdit qu'on lui a imposé... un interdit qui porte le nom de Laura.»



Mon avis


5/10

J'ai eu la chance de lire ce livre grâce à un partenariat avec Livraddict et les Éditions Michel Lafon, que je remercie énormément.



Avant de débuter ma lecture, j'avais vu que les commentaires émis par les autres lecteurs de ce livre étaient plutôt négatifs. Même si je n'ai donc pas commencé ma lecture avec de grandes attentes, j'ai été déçue.

Les grands problèmes dans ce livre sont selon moi la cohérence et la fluidité. D'abord pour la cohérence: on commence le livre avec une scène où Marco et sa soeur nagent dans une grotte. On a à peine le temps de se situer dans l'histoire que sa soeur est soudainement en danger de mort entourée de méduses. Marco la sauve comme si de rien n'était et les deux jeunes rentrent à la maison tranquillement comme s'ils revenaient d'un pique-nique...

Vient ensuite l'élément déclencheur du récit: Marco sauve son père de la noyade et découvre ses pouvoirs. Là encore, j'ai été déçue par la façon dont l'auteur a décrit cette scène. L'auteur ne transmet pas les émotions de panique et d'émerveillement que devrait ressentir Marco. Le lendemain, un représentant du peuple des Gardiens de l'océan vient expliquer à Marco qui il est. J'ai trouvé ce passage très cliché et les réactions des personnages pas très réalistes.

Au fil du récit, j'ai aussi eu l'impression que l'auteur inventait les règles du peuple des Gardiens et leur ajoutait des caractéristiques au fur et à mesure. Je préfère quand tout est clair dès le début et qu'on ne sent pas qu'une caractéristiques est ajoutée parce que cela fonctionnait bien avec le moment.

J'ai aussi été très déçue parce que le titre et la couverture m'annonçaient une histoire de sirènes. Ce n'est pas ce que j'ai eu... Les gardiens peuvent respirer sous l'eau, oui, mais ils ont aussi des pouvoirs comme de contrôler le feu et autres étrangetés sans lien avec les sirènes. Bref, je n'ai pas du tout aimé ce peuple des gardiens.

L'histoire manque aussi cruellement de fluidité. Dans un même chapitre, on passe soudainement d'un événement à un autre sans que la péripétie précédente ait eu une conclusion. Par exemple, Marco et ses amis rencontrent les méchants et commencent à se battre. L'un des gardiens utilise un seul petit pouvoir et POUF, les méchants sont partis et on est déjà passé à autre chose dans le paragraphe suivant. Il y a aussi d'autres éléments qui arrivaient sans qu'on en ait entendu parler. Par exemple, soudainement, quelque part au milieu d'un chapitre, tous les gardiens découvrent l'animal marin lié à eux. C'est mal exploité et inutile à l'avancement de l'histoire.

L'histoire d'amour est aussi un peu pénible... Je n'y ai pas cru une seconde et Marco et Laura m'énervaient.

Bref, une histoire pas assez cohérente et manquant de fluidité dans l'écriture qui ne m'a pas beaucoup plu.

  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire